Faut-il avaler le sperme de calmar ? 1


partagez-moiShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Reddit

Non, surtout pas !

Attention, je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas et vous avez bien raison de vous poser cette question des plus banales, mais disons que c’est quand même assez déconseillé. Voici pourquoi.

En 2011, une femme coréenne âgée de 63 ans vint consulter les médecins en raison de la présence dans la cavité buccale de corps étrangers inconnus lui causant de vives douleurs. L’infortunée patiente venait de déguster un calmar, pourtant cuit mais peut-être un peu rapidement, à qui les organes génitaux n’avaient pas été enlevés.

Les docteurs purent poser un double diagnostic. D’une part, le calmar était un mâle. D’autre part, les corps étrangers à l’origine des douleurs ressenties par la patiente n’étaient autres que du sperme de calmar, ou plus exactement des spermatophores, les capsules contenant les spermatozoïdes que produisent les mâles de nombreux espèces animales, arachnides, insectes ou encore céphalopodes.

Une femme mise enceinte par un calmar ?

L’incident fit l’objet d’un compte-rendu scientifique dans le Journal of Parasitology, sobrement intitulé « Penetration of the Oral Mucosa by Parasite-Like Sperm Bags of Squid: A Case Report in a Korean Woman »1. L’article suscita l’étonnement de la presse grand public, qui fit preuve de beaucoup moins de retenue dans la présentation des faits, la palme revenant sans doute à Sud-Ouest, qui titrait : « Une femme mise enceinte par… un calmar », puis racontait doctement que « Le céphalopode, tout excité par la chaleur, en a[vait] profité pour laisser derrière lui plusieurs spermatozoïdes », et que le médecin avait trouvé « une douzaine de bébés calmars accrochés dans les gencives, la gorge et l’œsophage de la patiente. » Amis de la rigueur journalistique, bienvenus !

Ces mésaventures culinaires sont en réalité assez courantes. Elles offrent d’ailleurs aux scientifiques l’opportunité d’étudier la façon dont fonctionnent les spermatophores. Dans un papier publié dans Zoomorphology2, le biologiste José Eduardo Marian, de l’université de São Paulo, recensait dans la littérature médicale pas moins de 16 cas documentés de blessures buccales occasionnées par l’ingestion de calmars crus ou blanchis, la plupart au Japon ; les blessures sont relevées sur la langue, les lèvres, les joues, les gencives ou dans le palais, voire dans les parties supérieures du tube digestif ; bref là où le calmar trouve à se soulager de façon posthume. A vrai dire, le phénomène est si bien connu que pas un chef qui se respecte au Japon n’oublierait d’enlever les gonades d’un calmar avant de le préparer et de le servir à ses clients.

Pour comprendre l’origine des douleurs buccales ressenties par les consommateurs imprudents, il faut se représenter le véritable challenge que représente la sexualité des calmars en plein océan. Ballotés par les courants, il n’est déjà pas facile pour deux corps mollassons de s’unir. Pour cela, les mâles de certaines espèces possèdent un ou deux bras, appelés bras hectocotyles, qui permettent d’acheminer les spematophores du pénis du mâle au corps de la femelle ; d’autres n’ont pas d’hectocotyle mais sont dotés d’un très long pénis (parmi les plus grands du règne animal) ; les plus veinards sont équipés à la fois d’un long pénis et d’un hectocotyle, histoire d’assurer fermement l’arrimage de bobonne. Reste, qu’il n’est pas évident, une fois l’affaire réglée, que le sperme de monsieur reste solidement collé là où il faut plutôt que de s’en aller nourrir les poissons.

Heureusement, le calmar a inventé le spermatophore, l’outil idéal pour la propagation de ses gènes. En un mot, le spermatophore est une grenade bourrée de sperme, qui en explosant va permettre à celui-ci de coller fermement sur le manteau de la femelle. L’éjaculat du calmar est donc à double détente : le mâle éjacule des spermatophores qui eux-mêmes vont libérer des spermatozoïdes, au cours d’un processus baptisé réaction spermatophorique.

Structure d’un spermatophore. Les principaux éléments sont : cp bouchon, cb ciment, sf filament en spirale, sm masse de sperme. Crédit: Marian (2012)

Structure d’un spermatophore. Les principaux éléments sont : cp bouchon, cb ciment, sf filament en spirale, sm masse de sperme. Crédit: Marian (2012)

 

Le spermatophore se présente sous la forme d’une capsule en forme de fiole, d’une longueur allant de moins de 1 mm jusqu’à 25 cm chez le calmar géant, fermée par un bouchon. Lorsque ce bouchon est ôté, la réaction spermatophorique se produit. Elle consiste en une évagination (c’est-à-dire l’expulsion d’un organe hors de sa gaine) d’un ensemble très complexe composé d’un appareil éjaculatoire (avec des filaments enroulés faisant office de ressort), d’une masse de sperme et d’un « ciment » adhésif. Le ciment et le sperme viennent se fixer solidement sur le corps récepteur, formant ainsi un spermatangium, tandis que l’enveloppe vide du spermatophore et un peu de sperme libre s’en vont flottant au gré du courant. Le sperme contenu dans le spermatangium peut ainsi patienter plusieurs jours avant de pouvoir se frayer un chemin pour féconder les ovules de la femelle.

Passion scarification

Pendant longtemps, les chercheurs ont pensé que les spermatophores ne faisaient que venir se coller au corps de la femelle grâce à ce ciment adhésif. Mais cela ne suffisait pas à expliquer pourquoi avaler du sperme de calmar par mégarde pouvait s’avérer aussi douloureux. En 2007, les chercheurs Henk Jan Hoving et Vladimir Laptikhovsky ont démontré que les spermatophores peuvent en réalité s’implanter dans le corps de la femelle, et non pas simplement se coller à son manteau. Dans son étude de 2012, José Eduardo Marian a pu examiner en détail ce phénomène. Il a pour cela réinterprété le cas d’une jeune japonaise de 21 ans, elle aussi « agressée » par un calmar, en 2011. Marian a observé des coupes histologiques des biopsies du palais de la jeune femme, présentant des spermatangia implantés, ainsi que des échantillons du calmar coupable, présentant des spermatophores intacts – en d’autres termes, des grenades éclatées, avec les éclats plantés dans la chair de la victime, et des grenades intactes –, ce qui lui a permis, par comparaison, de comprendre un peu mieux les mécanismes à l’œuvre dans l’éjaculation calmarienne.

Des particules étoilées d’un spermatophore de Doryteuthis plei. Oui, ça ressemble à des machins de ninja - ça fait mal. Source Marian

Des particules étoilées d’un spermatophore de Doryteuthis plei. Oui, ça ressemble à des machins de ninja – ça fait mal. Source Marian

 

Marian met en lumière le rôle central joué par une foule de petite particules en forme d’étoile qui, en venant se planter dans les tissus de la femelle, vont aider le spermatophore puis le ciment à adhérer. Le spermatophore n’est donc pas d’un simple instrument à coller du sperme. La scarification du tissu récepteur est, selon Marian, à la base même de son fonctionnement. Un spermatophore est une machine à occasionner des coupures, et la seule inconnue est leur profondeur. Pas étonnant, dans ces conditions, que les infortunés avaleurs de sperme de calmar ressentent une douleur cuisante !

Marian note également que le déclenchement du spermatophore se produit de façon parfaitement autonome : le mâle n’est pour rien dans l’affaire (une incision volontaire du corps de la femelle avait été postulée pour certaines espèces des profondeurs), et la femelle pas plus (nul besoin d’invoquer des caractéristiques spécifiques du tissu récepteur ou un quelconque stimulus chimique), ce qui ce qui explique qu’être mastiqué par le premier venu suffit à provoquer mécaniquement l’incident douloureux, quand bien même le propriétaire des spermatophores a passé le tentacule à gauche ; dans la nature, la réaction se déclenche automatiquement, peut-être en raison de la friction lors de la sortie du pénis ou simplement au contact avec l’eau de mer.

L’espèce de calmar étudiée par le chercheur brésilien n’avait pu être déterminée. Le céphalopode sans-gêne incriminé dans l’épisode mentionné en ouverture de ce billet, lui, appartient à l’espèce Todarodes pacificus, également connue sous le sobriquet de Toutenon japonais. Il s’agit de calmars d’une vingtaine de centimètres que l’on trouve en abondance dans les eaux du Pacifique Ouest, du 20° N au 60° N, et qui font une prise de choix pour les pêcheurs japonais ou coréens (plusieurs centaines de milliers de tonnes annuelles). Lorsqu’ils ne se font pas bouffer par quelque gourmet asiatique en sashimi, séché, sous forme de produit transformé, surgelé ou en boite, les Todaredes pacificus sont la proie des raies, des dauphins, des dorades coryphènes, des baleines ou encore des otaries à fourrure.

Quand il n’est pas occupé à éjaculer dans la bouche de la ménagère de plus de soixante ans, notre toutenon japonais se distingue par son aptitude à planer quelques secondes au-dessus de l’eau. Dans une étude publiée dans la revue Marine Biology en 20113, des biologistes japonais de l’université d’Hokkaido qui ont pu assister à l’envol de toute une escadrille, constatent qu’ils sont capables de modifier leur trajectoire aérienne grâce à leurs nageoires et à leur tentacules déployés en éventail, ce qui leur fait dire qu’ils volent plus qu’ils ne planent, le tout à près de 40 km/h durant trois secondes.

Escadrille de dangereux éjaculateurs

Escadrille de dangereux éjaculateurs

Quel merveilleux spectacle ce doit être…

Enfin, nous espérons tout de même, qu’avertis des mœurs singulières de ce calmar, nos scientifiques japonais ne sont pas restés trop longtemps bouche bée devant ces éjaculateurs volants !

Quant à vous, vous reprendrez bien un menu B12?


 

  1. Park G-M, Kim J-Y, Kim J-H, Huh J-K (2011) Penetration of the oral mucosa by parasite-like sperm bags of squid: a case report in a Korean woman. J Parasitol 98:222–223
  2. Marian JEAR (2012) Revisiting a medical case of ‘‘stinging’’ in the human oral cavity, caused by ingestion of raw squid (Cephalopoda: Teuthida): new data on the functioning of squid’s spermatophores. Zoomorphology 131:293–301
  3. Muramatsu, K; Yamamoto, J; Abe, T; Sekiguchi, K; Hoshi, N; et al.. Marine Biology 160.5  (May 2013): 1171-1175.
partagez-moiShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Reddit

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Faut-il avaler le sperme de calmar ?