Archéologie du bretzel 1


partagez-moiShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Reddit

 

L’archéologie est formidable. Et les bretzels aussi (rappelons que l’un deux a bien faille nous débarrasser de George Bush en 2002). Je n’aurais toutefois pas parié lourd pour que l’un et l’autre fassent l’objet d’une même actualité.

Archéologie: restes carbonisés d'un bretzel vieux de 250 ans

Les restes carbonisés de bretzel et de pain vieux de 250 ans, présentés au Musée d’Histoire de Ratisbonne. (AP Photo/dpa, Armin Weigel)

C’est pourtant le cas, puisque l’on vient d’apprendre, tenez-vous bien, que des archéologues ont mis la main sur les fragments d’un bretzel vieux de 200 à 300 ans, selon une radiodatation au carbone 14, lors d’une fouille sur les rives du Danube, dans la ville de Ratisbonne (Bavière, Allemagne). Le bretzel en question ou ce qu’il en reste n’a pas bonne mine, puisqu’il est carbonisé. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de parvenir jusqu’à nous, en compagnie d’un petit pain (ou est-ce une brioche ?) et d’un croissant.

Le bretzel, cet inconnu

Ce Bretzel a-t-il quelque chose à nous dire ? Eh bien, à part qu’il ressemble beaucoup à ceux d’aujourd’hui (il est 15% plus petit, mais peut-être ce léger nanisme est-il dû à sa surchauffe), pas vraiment. Et c’est bien là l’embarras que cause ce genre d’anecdote, que le très sérieux Archaeology, magazine de L’Institut archéologique américain, se plaît à colporter.

Creusons un peu tout de même, ça ne mange pas de pain (ni de bretzel).

Une certaine Silvia Codreanau-Windauer, du Bureau Bavarois pour la Conservation des Monuments Historiques, nous annonce, péremptoire, qu’il s’agit là du plus vieux bretzel du monde ! Et là, on a bien sûr envie de demander à cette dame : mais comment diable s’y prend-on pour savoir quel est le plus vieux bretzel du monde? Y a-t-il des registres spéciaux ? Des revues spécialisées? C’est le bretzel qui vous l’a dit ? Les archéologues, apprend-on encore, suggèrent que le boulanger responsable de ce gâchis a jeté son œuvre de dépit… Sans charre? C’est curieux qu’il ne l’ait pas mangé, mis au coffre ou monté en bague, tout de même !

Sans doute y a-t-il dans l’affaire une dimension patriotique et gastronomique qui nous échappe. La douceur du bretzel (au petit-déjeuner, avec une bonne Weißwurst et de la moutarde douce, complète Mme Codreanau-Windauer pour notre édification)  est, après tout, une véritable spécialité du sud de l’Allemagne et de l’Autriche dont le poids dans l’insolent excédent de la balance commerciale teutonne ne doit pas être négligé. Qui plus, c’est une tradition, depuis des siècles, et ça, ça se respecte. Le petit contexte historique qui suit, n’est d’ailleurs pas inintéressant : la forme des bretzels, divulgue Mme Codreanau-Windauer, est censée représenter les bras croisés d’un moine — lesquels moines, sont le symbole de Münich, et ont inspiré une flopée de bières du cru toutes plus savoureuses les unes que les autres, ajoute-t-elle, mais cela ne nous dit en rien pourquoi les bras des moines sont croisés (nous suspecterions Mme Codreanau-Windauer de travailler aussi pour l’Office de tourisme si nous étions mauvaise langue).

Pour ne pas être en reste, le maire de Ratisbonne, Joachim Wolbergs (PSD, mais ça ne l’excuse en rien) s’est emparé de cette découverte, qu’il juge « extraordinaire », car elle décrit un « fragment de la vie quotidienne ». « Fragment » tiendrait presque ici de l’hyperbole. On n’ose imaginer la réaction de cet édile à l’ouverture du tombeau de Toutânkhamon.

Fort heureusement pour les archéologues locaux, le site du plus vieux bretzel du monde a livré des vestiges plus consistants en l’espèce d’une maison de bois vieille de 1200 ans (et Ratisbonne, qui est une des plus anciennes villes d’Allemagne, a de toute façon de quoi les occuper entre deux pâtisseries). Il est même question d’y bâtir un musée d’histoire bavaroise, histoire de marquer le coup pour le centenaire du statut de la région en 2018. Espérons que les organisateurs penseront à prévoir des bretzels au buffet pour l’inauguration. Que ceux-ci ne seront pas brûlés. Et que Georges Bush ne participera pas.

partagez-moiShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Reddit

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Archéologie du bretzel

  • mpc

    Je trouve excellent votre article sur les bretzels. J’adooooore les bretzels, durant la période où j agonisais avec ma capsulite rétractile, ma mère m’a amené des bretzels des Vosges et j’en ai mangé des quantités astronomiques, le gout du pains d’épices et du chocolat ! Je n’ose avouer quel plaisir cela procure dans ma bouche. Après tout plutôt que de penser à me faire tronconner le bras, on fait comme on peut pour survivre à la douleur si singulière la capsulite rétractile….